assurance dépendance

Assurance dépendance : le pour, le contre

Ces contrats de prévoyance sont destinés à couvrir les frais de services à la personne, de soins, voire d’hébergement en cas de perte d’autonomie totale ou partielle. 

En France, on recense 6 millions de personnes âgées de plus de 75 ans. Parmi elles, plus d’un million de personnes sont dépendantes. Ce nombre devrait atteindre 1,5 million en 2030, puis 2 millions en 2060.

Par dépendance, il faut comprendre l’assistance dont les grands aînés ont besoin pour accomplir des actes de la vie courante (se lever, s’habiller, se laver, etc) du fait d’une perte d’autonomie physique, psychique ou intellectuelle.

Pour se couvrir contre ce risque et les frais qu’il occasionne, les assureurs proposent des contrats de prévoyance. Moyennant le versement d’une prime proportionnelle à l’âge du contractant et aux garanties sélectionnées, ils garantissent le versement d’une rente de 250 euros à 4000 euros/mois si le risque se manifeste. Ces contrats présentent des avantages et des inconvénients.

Contrats dépendance : le pour

En attendant la mise en place d’un cinquième pilier de la Sécurité Sociale, la souscription d’une assurance contre la dépendance est la meilleure parade contre les méfaits du grand âge. A condition que le niveau de la rente soit suffisant pour permettre la prise en charge d’une personne dépendante, en totalité ou en partie. Compte tenu du prix d’un hébergement en EPHAD, une rente de 1000 euros/mois est un strict minimum. 

Il est généralement impossible de souscrire une assurance dépendance au-delà d’un âge de 74 ou 77 ans, selon les assureurs. Plus le contrat est souscrit tardivement, plus le risque augmente et plus la cotisation sera élevée. A titre exemple, il faut compter environ 80 euros/mois pour quelqu’un s’assurant à 60 ans. Il percevra une rente de 1200 euros/mois en cas de dépendance totale. 

Il est généralement impossible de souscrire une assurance dépendance au-delà d’un âge de 74 ou 77 ans, selon les assureurs. Plus le contrat est souscrit tardivement, plus le risque augmente et plus la cotisation sera élevée. A titre exemple, il faut compter environ 80 euros/mois pour quelqu’un s’assurant à 60 ans. Il percevra une rente de 1200 euros/mois en cas de dépendance totale. 

Ces contrats donnent le choix entre une protection contre la dépendance totale ou la dépendance partielle. L’espérance de vie s’allongeant, il est conseillé d’opter pour une formule contrat prévoyant le versement d’une rente dès qu’une dépendance partielle apparaît.

En cas de dépendance totale, la rente est versée à 100 %. En cas de dépendance partielle, seul un pourcentage de la pension est accordé (par exemple 50%).

Contrat d’assurance dépendance : le contre

Ces contrats de prévoyance sont dits à « fonds perdus » : si le risque ne se concrétise pas, les primes sont perdues. Certains contrats proposent toutefois une option « capital décès ». Dans ce cas, les cotisations payées sont reversées aux ayants-droit si l’assuré décède. 

Certains contrats sont rédigés dans un style obscur et manquent de transparence. Il faut donner la préférence aux contrats portant le label « GAD assurance dépendance ». Il apporte un niveau de garanties minimales, dont une garantie viagère minimale de 500 euros/mois ou encore des modalités de revalorisation des garanties, des prestations et des cotisations clairement définies.

Il apporte un niveau de garanties minimales, dont une garantie viagère minimale de 500 euros/mois ou encore des modalités de revalorisation des garanties, des prestations et des cotisations clairement définies.

Certaines formules imposent un délai de carence (de 1 à 3 ans) entre la date de souscription et la mise en place effective des garanties. Plus ce délai de carence est court, meilleure est la couverture.

De même, un délai de franchise courant entre le constat médical de la dépendance et le versement de la rente est parfois prévu.

Cette clause ne figure pas dans les meilleurs contrats et ce délai ne doit jamais dépasser 90 jours.

Contrats dépendance : quelques critères de sélection

Le montant de la rente initiale servie par ces contrats n'est pas fixe. Il sera revalorisé à partir de l’évolution d’un indice : prix à la consommation, points AGIRC- ARRCO, etc. Il est conseillé de regarder comment cet indice s’est « comporté » dans le passé.

Les meilleurs contrats incluent une garantie d’assistance dont le contenu est à détailler. Elle peut concerner la personne dépendante (aide à domicile, etc.) ou les aidants qui seront, par exemple remplacés quand ils partent en congé, etc. Il est aussi utile d’examiner les clauses d'exclusion. 

Bon à savoir

Attention : lors de la souscription, un questionnaire médical déclaratif est à remplir. Inutile de tricher : s’il a un doute, l’assureur peut demander des examens médicaux plus poussés et refuser l’indemnisation au cas où des éléments négatifs aient été occultés.