Mutuelle

Mutuelle : ce que vous devez prendre en compte avant de changer

Avec l’âge, les dépenses de santé augmentent. C’est pour cela qu’une fois à la retraite, il est important de revoir votre couverture santé. Avant de vous lancer, certains points sont à prendre en considération. Revue des détails.

Commencez par faire évoluer votre contrat actuel

Depuis des années, vous êtes couvert par la même complémentaire. Mais avec les années, vos frais de santé ont évolué. Avant de comparer et vous mettre à chercher une nouvelle mutuelle, pensez d’abord à faire évoluer votre contrat existant. Celui-ci n’est pas figé et de nombreuses mutuelles proposent à leurs adhérents de modifier leurs garanties pour se rapprocher au mieux de leurs besoins actuels, tout en conservant une cotisation relativement stable. C’est ainsi que vous pourrez revoir la prise en charge de certains postes comme les frais d’optique ou d’audition, d’hospitalisations et retirer certaines options, voire des adhérents comme vos enfants.

La meilleure option est de contacter directement votre mutuelle et d’expliquer votre situation.

Analysez vos habitudes médicales et définissez vos priorités

Si finalement l’offre de votre mutuelle ne vous convient pas, il est temps d’en changer. Avant de comparer les offres, il est nécessaire d’analyser vos habitudes de santé présentes et d’identifier les garanties indispensables pour vous et les personnes qui seront mentionnées dans le contrat.

Posez-vous les bonnes questions et faites le point : consultez-vous régulièrement des spécialistes avec des dépassements d’honoraires, avez-vous besoin d’une aide auditive, changez-vous souvent de lunettes, avez-vous des pathologies qui demandent un suivi régulier et des examens spécifiques… ?

Soyez attentif(ve) à certains détails

La mutuelle la plus rentable n’est pas forcément la moins chère, mais celle qui rembourse le mieux vos dépenses de santé. Ainsi, avant de souscrire, vérifiez : 

- Les taux de remboursements : pour comparer, rien de mieux que de prendre en compte ces taux dans les secteurs qui sont devenus importants pour vous ou qui risquent de le devenir comme les hospitalisations et la prise en charge des frais en maisons de repos, l’appareillage auditif et les prothèses dentaires, la prévention, les services d’assistance à domicile, les cures thermales… avec la possibilité que ces postes soient renforcés dans votre contrat.

Pour y voir plus clair, il est préférable de vous tourner vers des contrats qui indiquent clairement la prise en charge (300€ en optique par an par exemple), au lieu de pourcentages sur des tarifs conventionnés (200 % d’un tarif conventionné à 20€. Vous ne serez au final remboursé que 40€).

- Les exclusions et les limites de prise en charge : certains contrats ne couvrent pas la dépression, les maladies graves… et d’autres ne remboursent pas au-delà d’un certain nombre de prescriptions ou de jours d’hospitalisation.

- Le tiers payant : si vous souhaitez ne pas avancer les frais de santé, mieux vaut vous assurer que votre contrat le propose.

- Les délais de carence : nombreuses sont les mutuelles à pratiquer un délai pendant lequel les soins ne sont pas pris en charge. La durée est en général de 3 mois pour les soins courants mais devient plus importante pour les soins dentaires ou d’hospitalisation par exemple.

Tournez vous vers des comparateurs

Les offres peuvent être facilement comparées sur des moteurs de recherche spécifiques comme hyperassur.com, mutuelle-land.com, le-comparatif-mutuelle.fr, assurland.com, le lynx.fr… Ces comparateurs gratuits ne sont en général pas exhaustifs. Le mieux est d’effectuer des simulations sur plusieurs d’entre eux.

Vous pouvez également faire appel à un courtier en assurance santé

Par Florence Massin