Prothèse

Prothèse auditive : quand s’en procurer, à quel prix ?

Les prothèses auditives sont dorénavant mieux remboursées avec les aides induites par le reste à charge zéro. Découvrez quelles démarches faire pour en obtenir.

Les prothèses auditives sont dorénavant mieux remboursées avec les aides induites par le reste à charge zéro. Découvrez quelles démarches faire pour en obtenir. Sauter le pas et demander des prothèses auditives n’est pas toujours facile. « Les personnes sont parfois dans le déni : si elles n’entendent pas, c’est parce que leurs proches ne parlent pas assez forts », illustre le docteur Jean-Michel Klein, vice-président du syndicat national des médecins spécialisés en ORL. Pour lui, une prothèse est nécessaire « à partir du moment où l’on ne peut plus faire ce que l’on veut ».

Un rendez-vous chez un médecin ORL est ensuite nécessaire, pour vérifier que la perte d’audition ne cache pas un mal plus grave. Pendant cette consultation d’au moins une demi-heure, le praticien effectue quelques tests pour réaliser un audiogramme et évaluer les besoins : à partir d’un décalage de 30 décibels, un appareil sera conseillé. La démarche pour contacter un audioprothésiste, seul professionnel autorisé à fabriquer la prothèse peut prendre du temps, « jusqu’à ce que la personne soit convaincue », poursuit le Docteur Klein. « Le plus important, c’est que la prothèse réponde au besoin de la personne. Il ne faut pas avoir peur de sa taille : avec elle, on peut se comporter normalement, et les personnes ne la remarquent souvent pas. »

Le remboursement des appareils auditifs

D’autant plus qu’avec la mise en place du reste à charge zéro, cette solution va devenir plus accessible. Les audioprothèses vont être divisées en deux catégories. La classe I, aussi appelée offre de santé 100%, est mieux remboursée jusqu’à devenir en 2021 sans reste à charge pour les patients après remboursement de la Sécurité sociale et des complémentaires santé. Les appareils doivent répondre aux spécifications techniques décrites par un arrêté. Le prix est plafonné et baisse pour atteindre 950 euros en 2021, contre 1 100 euros en 2020. Dans le même temps, le remboursement de la sécurité sociale augmente. Pour les appareils de classe II, les prix ne sont pas plafonnés. Ils offrent en revanche plus d’options que les audioprothèses de classe I, et sont souvent plus discrets. Tous les praticiens sont obligés de présenter au moins une solution de classe I aux personnes venant les consulter.

Bon à savoir

 A noter que si vous avez moins de 20 ans ou que vous êtes également atteints de cécité, les distributeurs sont tenus de proposer les aides auditives dans des prix 100% remboursés par la sécurité sociale et les mutuelles. Garantie de 4 ans Avant de faire payer les prothèses, le praticien a l’obligation légale de vous les faire tester pendant un mois, qu’il ne peut pas vous facturer, hors détérioration de l’appareil. Il doit également vous fournir un devis avec les différentes options. « Pendant cette période d'essai, vous bénéficierez d'une prestation d'adaptation pour les préréglages et les ajustements anatomiques », précise l’Institut national de la consommation. Chaque appareil est garanti quatre ans minimum par le fabricant. Des séances de contrôle au 3e, 6e et 12e mois après la délivrance de l'appareil sont comprises dans la prestation.