rémunération

Quelle rémunération pour un proche aidant ?

Prendre un congé de proche aidant 

Selon le baromètre des aidants de la fondation April et BVA de 2019*, plus de 8 millions de personnes en France soutiennent un proche en perte d’autonomie. 44 % d’entre eux ont des difficultés à concilier leur rôle d’aidant et leur vie professionnelle, quand 75 % déclarent que ce rôle a un impact important sur leur travail en matière de concentration et d’efficacité.

C’est ainsi que dans le cadre du dernier budget de la sécurité sociale (PLFSS), il a été prévu le financement d’un nouveau congé, celui du proche aidant.

De quoi s’agit-il : ce congé permet de cesser temporairement son activité professionnelle pour s’occuper d’un proche (lien familial ou étroit avec la personne aidée) résidant en France, en perte d’autonomie d’une importante gravité (Gir 1 à 3**) ou souffrant d’un handicap (taux d’incapacité permanente de 80 % ou plus).

Le congé, d’une durée limitée (sans accord de branche, il est fixé à 3 mois, renouvelable jusqu’à 1 an), est ouvert à tout salarié qui justifie d’une ancienneté dans l’entreprise d’au moins un an.

Quelle rémunération : ce n’est qu’à partir d’octobre 2020 que ce congé sera indemnisé à hauteur de 43€/jour par les caisses d’allocations familiales pour les personnes en couple et 52€/jour pour une personne seule.

Bon à savoir

Sachez-le : pour éviter une trop forte perte de revenus, le salarié peut opter pour un congé fractionné ou transformé en temps partiel (alternance de périodes de congés et de travail).

* https://www.fondation-april.org/images/pdf/DP_Barometre_des_aidants_2019_FondationAPRIL.pdf

** Le groupe numéro 1 (GIR 1) correspond au niveau de dépendance le plus fort, tandis que le sixième groupe (GIR 6) au niveau le plus faible.

Un congé de solidarité familiale

Ce congé permet à tout salarié de s'absenter pour assister un proche en fin de vie. En dehors des accords collectifs et conventions, la durée du congé est de 3 mois, renouvelable une fois.

Quelle rémunération : le salarié peut bénéficier d’une allocation journalière d’accompagnement fixée à 56,27€/jour et à 28,14€/jour (2020) si le congé se réalise en complément d’une activité à temps partiel.

Devenir salarié aidant

La loi autorise à rémunérer toute personne employée comme aide à domicile, y compris un proche de sa famille.

Deux possibilités :

Si votre proche ne bénéficie d’aucune allocation, il peut employer librement un membre de sa famille en tant qu’aide à domicile.

. Si celui-ci bénéficie de l’APA* ou de la PCH*, il peut employer toute personne, à l’exception du conjoint(e), partenaire de PACS ou concubin(e). L’aide accordée par le département est versée directement au CESU.

La déclaration d’embauche se réalise sur le site de l’URSSAF, rubrique CESU (https://www.cesu.urssaf.fr/info/accueil.html). L’URSSAF, ensuite, se charge de tout, des bulletins de paie au prélèvement des cotisations sociales. Le « nouvel employeur » n’a  plus qu’à déclarer chaque mois les heures effectuées et à payer les salaires.

* allocation personnalisée d’autonomie ou prestation de compensation du handicap

Des dédommagements

Si un proche bénéficie de l’AAH* ou la PCH*, l’aidant, à l’exception de son conjoint(e), partenaire ou concubin(e), peut recevoir une compensation pour son rôle d’aidant familial. Cette compensation n’entraîne pas de paiement de charges sociales et patronales, et permet de dédommager un proche s’il n’est pas possible de le salarier.

Quelle rémunération : celle-ci est plafonnée à 3,94€ par heure et jusqu’à 5,91€ (2020) si l’aidant a dû cesser son activité professionnelle.

* allocation pour adulte handicapé ou la prestation de compensation de handicap