Retraités

Reforme des retraites : où en est-on ?

Portée par le gouvernement Philippe en 2020, décalée en raison du Covid puis à nouveau repoussée, la réforme des retraites, ne serait finalement pas au programme avant avant la présidentielle de 2022. Ce dossier sensible qui s’annonçait être la pierre angulaire de la cinquième année du mandat, s’avère plus difficile que prévu à mettre en place dans une société déjà affectée par la crise sanitaire.

Inspiré par le système de retraite à points, le projet de reforme des retraites lancé en 2020 par le gouvernement d'Edouard Philippe vise la refonte du système de retraite et propose la mise en place d’un régime « universel », la mise en relation du montant de la retraite avec les cotisations versées dans le but affiché d’améliorer les retraites des personnes les plus défavorisées, de favoriser la transition écologique de l’économie et d’anticiper le défi démographique.

Supprimer les régimes spéciaux

La création d’un système universel est le premier objectif de la réforme. En pratique, il s’agit d’ harmoniser les modalités de calcul des droits à la retraite et de clôturer les  42 régimes spéciaux afin que "chaque euro cotisé donne les mêmes droits", quels que soient le métier et le statut.

Allonger le temps de travail

La réforme prévoit de porter à 43 ans la durée de travail nécessaire pour garantir une pension à taux plein. Ce changement interviendrait de façon progressive entre 2020 et 2035, à raison d’un trimestre tous les trois ans. Le relèvement de l’âge légal de départ de 62 à 64 ans et une augmentation de la durée de cotisation avancés ont finalement été écartés. Mais pour combien de temps ?

Un calendrier au point mort

En débat au Parlement, puis adoptée sur le fil avant mars 2020,  le projet de réforme des retraites a été suspendu à partir du premier confinement et, pour l’heure, l’exécutif temporise. En effet, le projet est depuis relancé ponctuellement sans qu’un calendrier, ni qu’un contenu ne soient encore définis. Toutes les hypothèses sont avancées… Il pourrait s’agir d’une reforme plus large qui pourrait prendre effet dans les prochains mois…

Un mauvais exemple européen

Expérimenté partout en Europe, les reformes des retraites ont jusque là eu pour conséquences de faire baisser le niveau de vie des retraités et particulièrement celui des femmes aux carrières souvent incomplètes, au profit des plus aisés. Il n’y a donc pas pour certains économistes d’urgence à reformer, l’essentiel étant étant pour l’heure de soutenir l’activité mise à mal pendant la crise sanitaire. Une théorie à laquelle s’oppose les partisans de la reforme, qui craignent que le déséquilibre démographique ébranle tout le système social et pour lesquels il est préférable d’anticiper plutôt que d’attendre. Mais aujourd’hui, si la réforme semble inéluctable, la question se pose surtout sur son contenu et sur les dates de son application.

Recommandations