Carte bancaire

Retraite : quelle pension pour « vivre décemment » ?

A la retraite, les rentrées d’argent diminuent et les besoins changent. Mais estimer son budget est difficile à prévoir.

En 2016, la pension moyenne d’un retraité, incluant les pensions de droit direct, de droit dérivé (pensions de réversion…) et la majoration pour enfants s’élevait à 1 429 euros net selon la direction de la recherche, des études, de l'évaluation et des statistiques (Dress). Ce montant est inférieur au salaire moyen des actifs. Toutefois, le niveau de vie global médian des retraités est légèrement supérieur à celui de l’ensemble de la population, notamment en raison des revenus liés au patrimoine.  De plus, la part des retraités pauvres est deux fois inférieure à celle de la population globale.

Estimer un revenu « décent » est complexe pour les organismes. L’observatoire National de la Pauvreté et de l'Exclusion Sociale (ONPES), s’y est essayé en 2015 dans un rapport. L’étude a tenté d’établir « des montants mensuels des budgets minimaux de référence », pour plusieurs catégories de la population.  Ce budget a répondu aux besoins (se loger, se nourrir, se déplacer, avoir une vie sociale) jugés nécessaires par plusieurs panels de personnes, après discussion entre elles et expertise éventuelle de professionnels. Les niveaux de revenus envisagés étaient différents en fonction de la situation de logement du retraité, en location ou propriétaire.

Pour un retraité propriétaire célibataire, le budget total pour vivre avec le « panier de référence », est de 1 150 euros, et de 1 769 euros pour un couple.  Mais la somme monte à 1 816 euros pour une personne seule et 2 437 pour un couple en cas de location de sa résidence dans le parc privé.

L’accès à la propriété, un facteur majeur

Le logement pour un retraité locataire est « le premier poste » de dépense, représentant 37 % du « budget de référence ». Au contraire, pour les retraités propriétaires, le poste logement est nettement moins élevé en volume et en part. Il n’arrive qu’en quatrième position pour les couples (après l’alimentation, les transports et la santé) et en troisième position (après les transports et l’alimentation) pour les retraités seuls.

Ainsi, globalement, les personnes retraitées seules sont une des deux catégories identifiées comme étant fréquemment dans une situation difficile, avec les familles monoparentales. 14 % sont pauvres monétairement et 45 % des célibataires retraités sont « en risque de restrictions ».

Le passage à la retraite est donc un moment privilégié pour faire le point sur ses besoins, ses ressources et établir un nouveau budget. Celui-ci peut prévoir les dépenses fixes nécessaires (loyer), les dépenses variables nécessaires (alimentation…) et d’autres dépenses pour les loisirs.

La capacité de prévoir et d’épargner pour sa retraite est primordiale pour maintenir son niveau de vie, par exemple en ayant des revenus complémentaires : 83% des Français craignaient de manquer de ressources financières à la retraite selon un sondage en 2019 de l’Institut Ipsos pour le Cercle des épargnants.

Recommandations