formation

Seniors, comment financer sa formation ?

Se former est un droit et il est possible de suivre une formation tout au long de sa vie professionnelle quel que soit son âge ou son niveau d’expérience. Les seniors qui envisagent de donner un nouvel élan à leur carrière peuvent recourir à plusieurs solutions pour financer leur  projet de reconversion. Le point sur ces dispositifs.

Les personnes âgées de plus de 50 ans qui souhaitent suivre une formation pour évoluer dans leur métier, changer de statut ou de secteur d’activité sont concernés par les dispositifs de financement. En effet, les formations professionnelles sont rarement gratuites et à moins de s’auto financer, il va être nécessaire de recourir à une aide extérieure pour pouvoir accéder au programme de son choix.

Activer son CPF

Tous les actifs disposent d’un Compte personnel de formation qui permet d’accumuler des points, convertissables en euros et qui peuvent être utilisés pour financer une formation. Ce dispositif de financement public, modifié en 2018, s’inscrit dans le cadre de la formation continue. Il peut être activé à tout moment que la personne soit salariée, travailleur indépendant ou demandeur d’emploi. Si le montant acquis n’est pas suffisant, une participation peut être accordée par l’employeur ou par un organisme complémentaire.

Il existe d’ailleurs des dispositions particulières pour les personnes âgées de 50 à 54 ans inscrites à Pôle emploi afin qu’elles puissent utiliser leur CPF avant la retraite et ainsi éviter de perdre leurs droits.

Financer sa formation dans le cadre professionnel

Les salariés du privé ou du public peuvent se former pendant ou en dehors de leur temps de travail  par le biais du Congé individuel de formation pendant une année  à temps plein, ou 1 200 heures à temps partiel, dans le but d’atteindre une certification professionnelle.

Ce dispositif est un droit qui s’applique sous certaines conditions. L’employeur ne peut donc pas le refuser mais a la possibilité de le reporter dans le temps. 

D’autres solutions existent au cœur de l’entreprise pour financer une formation. Il est possible de recourir au Plan de développement des compétences (PFE) pour financer les frais de formation des salariés et de les rémunérer ou à la Formation hors temps de travail (FHTT) qui donne aux salariés en CDI dans le privé la possibilité de suivre la formation de leur choix.

Des solutions existent pour les demandeurs d’emploi

Les demandeurs d’emploi et certains créateurs d’entreprises peuvent se faire accompagner par le Pôle emploi dans leur projet de formation.  Pour obtenir un financement, le projet va  devoir être évalué et validé par un conseiller avant d’être présenté devant une commission.

Mairies, conseils régionaux ou encore l’Aide individuelle à la formation (AIF) vont alors être sollicités pour financer la totalité ou une partie du coût du programme pédagogique. 

Sandrine Youknovski

Recommandations

Ici bientôt vos articles

formation

Seniors : évaluer ses compétences et les valoriser

A partir de 50 ans, faire un bilan sur sa vie professionnelle et valoriser des compétences acquises au fil du temps est légitime. Que l’on soit salarié ou en recherche d’emploi s’interroger sur les moyens de faire évoluer sa carrière ou sur la façon d’entreprendre une reconversion concerne tous les actifs, dans un contexte où l’âge de la retraite ne cesse de reculer.

Plus l’âge augmente et plus les compétences professionnelles se développent et se spécifient. Cette expérience, précieuse pour les entreprises, se traduit par de plus grandes facultés d’adaptation, une expertise affinée, de la maturité et de l’écoute. Pour autant, évaluer et faire reconnaître son expérience ne va pas forcément de soi face à une concurrence en constante augmentation et à des progrès techniques qui peuvent remette en question la valeur même de l’ancienneté. Des dispositifs existent toutefois pour aider les seniors à mieux rebondir.

Des dispositifs pour évaluer ses compétences

Analyser son parcours professionnel, lister ses atouts et ses freins sont indispensables lorsque l’on souhaite évoluer ou se lancer dans un nouveau projet. Pour y réfléchir, il est possible de faire un point avec le DRH de son entreprise ou de faire valoir son droit au Conseil en évolution professionnelle (CEP) gratuit et accessible à tous. Ce dispositif permet au demandeur d’être aidé par des spécialistes pour faire le point sur sa carrière ou pour construire un nouveau projet.

Pour aller plus loin, le bilan de compétences organisé sur plusieurs séances, permet de mener une réflexion en profondeur sur ses acquis et sur ses motivations.

Sandrine Youknovski

Recommandations

Ici bientôt vos articles

formation

Plus de 50 ans : les métiers qui recrutent

A 50 ans, on est encore loin de la retraite et l’expérience acquise est un atout pour donner un nouvel élan à sa carrière. En effet, de nombreuses entreprises sont à la recherche de personnes compétentes qui disposent d’un savoir-faire solide pour assurer les postes à responsabilité. Aussi, si vous envisagez de changer de métier, visez un secteur qui recrute !

Il n’est pas toujours possible pour une entreprise de former son personnel, notamment lorsque le poste à pourvoir est important et la demande urgente. Recruter un senior est alors une solution efficace qui permet d’obtenir immédiatement un travail de qualité.

Les PME et les start-ups font souvent ce choix pour augmenter leur capacité à être opérationnelles au niveau juridique, comptable, administratif ou pour couvrir les postes de ressources humaines. Dans le BTP, les possibilités de formation sont également réduites alors qu’il faut livrer des chantiers dans des délais serrés. Les conducteurs de travaux, chefs de chantier ou ingénieurs sont donc les bienvenus sur le terrain.

Se tenir à la pointe du progrès

Si vous êtes âgés de plus de 50 ans et que vous recherchez un nouvel emploi, le numérique peut vous apporter des opportunités.

L’offre y est constante pour les personnes qui sont à même de se former régulièrement afin de remettre à niveau leurs connaissances dans les nouvelles technologies. Ces derniers mois, le travail à distance, rendu obligatoire pour certaines activités, renforce particulièrement les besoins en informaticiens compétents. 

Une expérience rassurante

Les métiers de la formation et du conseil sont également en recherche de personnel plus âgé en mesure d’encadrer des groupes, de partager leur expérience et de rassurer les interlocuteurs.

C’est aussi le cas dans les métiers de la grande distribution et du commerce où les profils seniors inspirent souvent plus de confiance aux clients que les employés plus jeunes. Le secteur de l’optique a ainsi recruté parmi les quinquagénaires pour conseiller sa clientèle du même âge.

Se mettre au service des anciens

Dans un secteur très différent, les métiers d’aide à la personne sont largement ouverts aux seniors. Le vieillissement de la population accroît les besoins en aide à domicile auprès des personnes âgées : une opportunité pour les plus de 50 ans pour trouver facilement un emploi.

Une campagne de recrutement est d’ailleurs menée par le gouvernement depuis 2018 pour relancer et valoriser les métiers d’aide à domicile auprès des plus âgées. 

Prêt pour le grand saut !

Enfin, si vous envisagez de changer complètement de mode de vie, voire de région, sachez que les entreprises qui désirent ouvrir de nouvelles enseignes recrutent volontiers parmi les seniors  plus à même d’investir dans une franchise et de mettre à profit leur expérience dans un nouveau projet.

Sandrine Youknovski

Recommandations

Ici bientôt vos articles

carrière

Formations seniors : les meilleures pistes de reconversion

Changer de métier est possible à tout âge ! Que le projet soit motivé par un licenciement ou par le désir de travailler dans un secteur plus en accord avec ses désirs, se reconvertir à 50 ans reste une occasion de s’ouvrir à une nouvelle vie. Mais pour relever ce challenge, il convient de bien choisir sa formation et de trouver un programme adapté au projet, dispensé par un organisme de formation reconnu, qui présente des garanties en termes de contenu et de qualité et qui reste accessible financièrement.

Bilan de compétences, un outil pour rebondir

Même avec un projet défini en tête, il est toujours utile de faire le point sur sa carrière, d’évaluer ses objectifs, de valoriser ses compétences et son expérience et de mesurer ses freins. Le bilan de compétences permet de réfléchir en profondeur à son projet de reconversion. Réparti sur plusieurs semaines, il peut être organisé par Pôle emploi et faire l’objet d’une prise en charge via l’Aide Individuelle à la Formation ou être réalisé par un organisme spécialisé, extérieur à l’entreprise. Généralement, le bilan de compétences est assuré par le Fongécif ou l’OPCA.

Destiné aux salariés âgés de 45 à 55 ans, le bilan de compétences senior offre la possibilité de redynamiser une carrière, d’élargir des perspectives ou encore de mettre en place des outils pour faire concilier vie personnelle et développement professionnel. Ce dispositif, inclus dans le plan de formation de l'entreprise, est particulièrement utile aux personnes qui envisagent des changements radicaux au niveau de leur activité, de leur statut ou même de leur région.

Pour ceux qui hésitent à se lancer, il existe aussi des bilans de compétence gratuits proposés par de nombreux sites web mais dont la fiabilité reste limitée.

Des formations sur mesure

Chaque salarié peut mobiliser son CFP afin d’user de ses droits pour bénéficier d’une formation au sein ou à l’extérieur de son entreprise. Les possibilités sont nombreuses dans tous les secteurs d’activités et particulièrement pour ceux qui recrutent le plus : services, grande distribution, industrie de pointe, etc. Les organismes de formation ont obligation d’être certifiés. Ces labels accréditent la qualité du contenu dispensé et de l’équipe pédagogique. Il est également important de s’informer sur les objectifs du programme, sur ses débouchés, s’il s’agit d’une formation qui délivre un diplôme ou une certification.

Dans chaque région, le pôle emploi ainsi que le site Intercarif informent et orientent les personnes en recherche de reconversion sur des formations disponibles. Certaines d’entre elles peuvent aussi être rémunérées : les projets se traitent individuellement en fonction de la situation professionnelle de chaque demandeur.

Depuis la crise sanitaire, les offres de formation à distance se sont multipliées. Ces modules attractifs exigent toutefois de pouvoir étudier depuis son domicile, une capacité qui n’est pas toujours à la portée de tous.

Sandrine Youknovski

Recommandations

Ici bientôt vos articles

Reconversion professionnelle à 40 ans : comment s’y prendre ?

Reconversion professionnelle à 40 ans : comment s’y prendre ?

Vous avez perdu votre travail et vous cherchez une nouvelle voie ? Voici nos conseils pour réussir votre reconversion professionnelle à 40 ans.

Définir votre nouveau projet professionnel

Vous avez quinze ans d’expérience professionnelle dans le commerce et souhaitez vous reconvertir dans le métier de décoratrice d’intérieur ? Après un licenciement ou une inaptitude, vous envisagez de monter votre propre entreprise ? Tout est possible, tant que la motivation est là. Il est primordial de trouver la bonne idée qui vous correspond.

Faire une reconversion professionnelle à 40 ans nécessite tout un travail sur soi, avec curiosité, créativité et sens critique. Un coach professionnel peut vous accompagner dans l’élaboration de votre bilan professionnel et la définition de votre nouveau projet.

Les nombreux témoignages sur internet de reconversions professionnelles peuvent vous permettre de mieux imaginer votre futur et les étapes nécessaires à votre projet.

Le regard extérieur de vos amis ou anciens collègues peut vous aider à définir vos qualités clés et vos points d’amélioration.

Bon à savoir

Vous avez l’idée ? Il est maintenant temps de peser les motivations et les contraintes, et d’évaluer le marché. Les sites web professionnels vous donneront toutes les informations sur votre nouveau secteur. N’hésitez pas non plus à discuter avec des personnes qui ont effectué la reconversion professionnelle que vous visez. Le réseau professionnel LinkedIn permet facilement de se mettre en contact avec des personnes dont le profil est similaire au votre.

Le réseau professionnel LinkedIn permet facilement de se mettre en contact avec des personnes dont le profil est similaire au votre.

Reprendre ses études

Une reconversion professionnelle à 40 ans peut nécessiter une reprise d’études. Vous devrez contacter les écoles et formations correspondant à votre nouveau projet professionnel. A noter : les anciens élèves peuvent vous donner des informations précieuses. Essayez de trouver une formation en un ou deux ans : ce temps ni trop long, ni trop court, sera votre chance d’acquérir un bagage intellectuel suffisant pour votre nouveau projet professionnel. Les formations à distance peuvent également être pratiques dans le cadre de votre vie de famille.

Se retrouver à 40 avec des jeunes étudiants peut être déroutant. Vous devrez vous préparer psychologiquement aux regards parfois étonnés de ces jeunes étudiants. Profitez de ce temps de pause qui vous est offert pour assouvir votre passion ! Ces études prouvent votre motivation.

Les premiers mois d'activité

En quinze ans, vous avez construit un réseau professionnel conséquent. La première étape est de communiquer la bonne nouvelle auprès de votre ancien réseau. Les premiers mois d’activité, vous allez découvrir ce nouvel environnement qui vous faisait tant rêver. Il vous faut prendre vos marques, vous intégrer et vous adapter à votre nouvelle entreprise. Au bout de 6 mois, il est temps de faire un premier bilan : êtes-vous plus heureuse et confiante au travail qu’auparavant ? Arrivez-vous à maintenir un bon équilibre entre votre vie professionnelle et votre vie de famille ?

Recommandations

Ici bientôt vos articles

Retraite

Comment améliorer mes revenus une fois retraité ?

Quels solutions pour améliorer son revenu lorsqu'on est retraité ? Voyons ensemble les différentes manières pour compléter ses fins de mois !

Cumuler une activité et une retraite

Cumul intégral

Vous pouvez cumuler intégralement votre retraite et un revenu d’activité, si vous avez obtenu toutes les retraites auxquelles vous pouvez prétendre : 

• dès 62 ans, si vous totalisez la durée d’assurance nécessaire pour une retraite au taux maximum ; 

• sinon, à partir de l’âge du taux maximum automatique (67 ans si vous êtes né en 1955 ou après).

Cumul plafonné

Si vous ne pouvez pas cumuler intégralement votre revenu et vos retraites, le cumul ne doit pas dépasser un certain plafond. Sinon, votre retraite sera réduite du montant de ce dépassement. 

Si vous êtes salarié, vous devez attendre 6 mois avant de reprendre une activité chez votre dernier employeur, ou votre retraite sera suspendue. Pensez-y au moment de prendre votre retraite !

Bon à savoir

Votre nouvelle activité ne vous crée pas de nouveaux droits à la retraite, mais elle vous permet d’améliorer vos revenus.

Demander une aide

L'allocation de solidarité aux personnes âgées (ASPA)

À compter de 65 ans – ou dès 62 ans si vous avez été reconnu inapte au travail – vous pouvez peut-être bénéficier de l’Aspa. Si le montant de votre future retraite est faible, cette allocation vous permet de compléter vos ressources pour atteindre un montant minimum de retraite. Des conditions de ressources, de résidence et d’âge sont à remplir

Bon à savoir

Pour connaître les prestations sociales dont vous pouvez bénéficier en fonction de votre situation, rendez-vous sur www.mes-aides.gouv.fr et utilisez le simulateur en ligne. Il vous indique également les démarches à effectuer pour en bénéficier.

Pour bien vieillir chez soi

Une fois retraité, lorsque votre autonomie est fragilisée, vous pouvez bénéficier de conseils de prévention, de services d’aide à domicile ou encore d’aides pour adapter votre logement. Plus d’informations sur www.pourbienvieillir.fr.

Pour protéger sa santé

Vous n’avez pas les moyens de souscrire une complémentaire santé ou vous rencontrez des difficultés pour payer votre cotisation ? L’Assurance Maladie peut vous aider. Selon votre situation et votre niveau de ressources, vous pouvez dans certains cas obtenir la complémentaire santé solidaire

Recommandations

Ici bientôt vos articles

Pourquoi réaliser un bilan de compétences ?

Pourquoi réaliser un bilan de compétences ?

Envie de faire évoluer sa vie professionnelle ?

Les attentes identifiées au démarrage :  

  • Évoluer dans son entreprise  Changer de métier / changer d’entreprise  
  • Faire le point sur ses compétences, ses motivations  
  • Anticiper une restructuration  
  • Mesurer ses capacités à retrouver du travail / à transférer ses compétences  
  • Valider un projet de formation 

Que peut-on en attendre ?

  • Définir et élaborer un projet d’évolution professionnel et un plan de carrière réaliste en interne à l’entreprise ou en externe.  
  • Faire le point sur le parcours professionnel en dégageant les compétences, les réussites, les motivations du salarié.

Les effets recensés 

 Effets personnels : 

  • redynamisation, prise de conscience de son parcours, confiance en soi, changement de posture (offensive), apprentissage d’une méthodologie, autonomisation…  

Effets professionnels

  • accroissement du réseau, entrée en formation, emploi trouvé, changement d’emploi, évolution professionnelle à l’interne ou à l’externe, remobilisation sur l’emploi actuel ou sur le marché du travail, engagement d’une discussion avec son employeur, faire le deuil de projets de longue date…

Témoignages 

Emma - Emma a évolué du poste d’hôtesse de caisse vers un poste d’hôtesse dans un service financier dans un grand groupe de distribution. A 41 ans, elle se trouve confronté à une fermeture de son service qui la renvoie vers son poste de caissière. Déçue d’un tel retournement, elle s’engage dans un bilan de compétences. A l’issue, le projet de secrétaire médicale se dessine. 6 mois après, Emma est en formation secrétaire médicale pour 1 an. 

Stéphanie - Secrétaire pour le compte d’une prestigieuse marque automobile, Stéphanie a le sentiment de ne plus évoluer et de ne pas exprimer tout son potentiel. Elle souhaitait étudier des pistes de repositionnement professionnel, c’est pourquoi elle entame un bilan de compétences. Cette prestation lui a permis de définir le projet de conseillère en économie sociale et familiale. A son terme, Stéphanie a obtenu un financement pour se former au métier. Un an a passé et elle est entrée sur le BTS ESF. 

Pierre - Intégré depuis 1992 au sein d’une industrie spécialisée en automobile, Pierre a effectué la majorité de sa carrière sur des postes d’ingénieur qualité. Âgé de 38 ans, il aspire à un changement professionnel. Il dit ne plus apprendre sur son poste. Son projet a été possible au sein même de son entreprise. Il a pris la responsabilité de la métrologie en évoluant au poste d’Ingénieur responsable système qualité métrologie. 

Recommandations

Ici bientôt vos articles

Bilan de compétences

Retrouver un emploi à 50 ans, actualiser ses compétences

Vous avez acquis des compétences professionnelles tout au long de votre carrière et vous souhaitez les mettre en avant ? La Validation des acquis de l’expérience vous permet de valoriser votre expérience et de la faire reconnaître par les entreprises en obtenant un diplôme ou un titre à finalité professionnelle.

Le Bilan de compétences approfondi vous permet de faire le point sur vos expériences et votre parcours professionnel, d’identifier vos atouts et vos compétences. L’Évaluation en milieu de travail vous aide à vérifier vos compétences et capacités professionnelles par rapport à un emploi recherché ou à découvrir les conditions d’exercice d’un métier envisagé. 

Le Service public de l’emploi met à votre disposition des outils pour vous aider à maîtriser et utiliser les nouvelles technologies dans le cadre de votre recherche d’emploi (Internet, bureautique...).

L’accompagnement des demandeurs d’emploi seniors

Le gouvernement vient de prendre, en lien avec les partenaires sociaux, de nouvelles mesures en votre faveur. Pour faciliter et réussir votre retour à l’emploi, l’ANPE et l’Assédic vous conseillent et vous accompagnent tout au long de vos recherches.

TROIS MESURES PHARES :

  • un suivi mensuel personnalisé par votre conseiller référent, dès le premier mois qui suit votre inscription
  • un accompagnement renforcé pour dynamiser votre recherche d’emploi
  • des mesures spécifiques pour favoriser votre recrutement.

Avoir 50 ans, c’est aussi avoir vingt ans, trente ans… d’expérience ! Ensemble, mettons toutes les chances de votre côté.

Des mesures adaptées à votre situation pour dynamiser votre recherche d’emploi

Un conseiller référent dès le premier mois d’inscription 

Vous êtes suivi par votre conseiller référent. Il définit avec vous un plan personnalisé d’accès à l’emploi et les actions adaptées à mettre en place. Vous le rencontrez chaque mois et il suit avec vous l’évolution de votre démarche en vous conseillant à chaque étape.

Un accompagnement « sur mesure ». En fonction de votre profil, de vos attentes et de vos besoins, cet accompagnement peut être renforcé. Des prestations spécifiques telles que le programme « Cap vers l’entreprise », l’accompagnement APEC pour les cadres, le recours à des opérateurs privés de placement, peuvent vous être proposées. 

Un accompagnement spécifique vers la création ou la reprise d’une entreprise Vous avez un projet de création ou de reprise d’entreprise ? Sachez que l’ANPE et l’Assédic peuvent vous soutenir dans ce projet. Votre conseiller référent réalise avec vous votre « diagnostic entrepreneur ».

Vous êtes accompagné tout au long du processus de création : de l’étude de faisabilité jusqu’à la mise en œuvre du projet. Si votre situation le permet, l’Assédic et l’État peuvent en plus vous accompagner financièrement dans votre projet de création ou de reprise d’entreprise (aide financière à la reprise ou à la création d’entreprise, maintien partiel des allocations).

Un club de chercheurs d’emploi seniors

En participant à ce club, vous inscrivez votre recherche d’emploi dans une dynamique collective et gagnante. Vous pourrez développer votre réseau de contacts avec des entreprises et des branches professionnelles, participer à des journées de recrutement… 

De plus, vous bénéficiez des conseils d’un animateur pour valoriser votre candidature ou monter des actions adaptées. Vous pouvez ainsi valoriser autrement votre expérience et vos atouts. Parlez-en à votre conseiller !

Des mesures et contrats spécifiques pour faciliter votre recrutement selon votre situation Vous avez besoin d’acquérir de nouvelles compétences pour être recruté ? Votre Service public de l’emploi peut participer aux frais de formation avec l’Aide à la formation préalable à l’embauche ou l’Action préparatoire au recrutement. Vous avez besoin d’un coup de pouce pour vous faire embaucher ? Le Contrat initiative emploi permet à votre employeur de bénéficier d’une aide de l’État. Une Aide dégressive à l’employeur, égale à un pourcentage de votre salaire d’embauche, peut être versée à votre futur employeur par l’Assédic.

Vous hésitez à accepter un nouvel emploi moins bien rémunéré que le précédent ? L’Aide différentielle de reclassement est là pour compenser, pour partie, la différence avec votre ancien salaire. Vous souhaitez développer de nouvelles compétences tout en travaillant ? Le Contrat de professionnalisation adulte est fait pour vous. C’est un contrat de travail associant à la fois travail en entreprise, formation pratique et théorique. Il vous permet de suivre une formation sur mesure ou d’acquérir une qualification reconnue. Votre futur employeur peut également en vous embauchant bénéficier d’exonérations de charges sociales. N’hésitez pas à lui en faire part. Vous êtes prêt à vous former pour retrouver un emploi dans un secteur dynamique qui a du mal à recruter ? 

Certains secteurs, tels que le bâtiment, l’hôtellerie, les services à la personne ont signé avec votre Service public de l’emploi des conventions vous permettant un accès facilité à leurs métiers. Si vous ne disposez pas des compétences requises, vous pourrez bénéficier d’actions de formation. Vous hésitez à accepter un emploi loin de votre domicile ? Vous pouvez bénéficier d’aides à la mobilité si vous retrouvez une activité éloignée de votre lieu de résidence habituelle. Avoir 50 ans, c’est aussi avoir vingt ans, trente ans… d’expérience ! 

Ensemble, mettons toutes les chances de votre côté !

Recommandations

Ici bientôt vos articles

Les propositions pour améliorer le retour à l’emploi des seniors

Les propositions pour améliorer le retour à l’emploi des seniors

Les préconisations de la mission s'inscrivent dans une démarche qui vise à améliorer le retour à l'emploi des seniors dans le cadre du droit commun, non seulement pour ne pas accroître le foisonnement des mesures déjà existantes, mais aussi pour éviter les risques de stigmatisation que comporterait la création de dispositifs spécifiques. De tels dispositifs pourrait en outre se révéler contradictoires avec les démarches de lutte contre les discriminations, que la mission estime prioritaires de renforcer. Cinq axes structurent ces propositions :  

Ne pas créer un nouveau contrat mais renforcer la place du recrutement dans le contrat de génération 

Sans préconiser la création d‟un contrat spécifique, la mission estime qu‟il est possible de renforcer la place du recrutement dans le contrat de générations. A minima, il s‟agirait de suivre de façon plus précise la part du recrutement dans la mise en place du contrat de génération, afin que celui-ci ne reproduise pas les effets des dispositifs antérieurs d‟accords ou plan seniors, où le recrutement était très majoritairement le parent pauvre. La mission propose également de valoriser les entreprises ayant dans ce cadre recruté des seniors.  

Rendre visibles et cohérentes les différentes démarches de lutte contre les discriminations dont les seniors sont victimes

Neuf des recommandations de la mission portent sur cette démarche : 

  • trois relèvent de l'amélioration de la connaissance, avec en particulier la mise en place d'un indicateur permettant de mesurer les inégalités par l'âge dans le recrutement ; ces indicateurs devraient identifier la situation des 55 ans et plus parmi les seniors 

Enfin, la mission considère que l'acteur fédérateur de cette démarche pourrait être le Défenseur des droits, qui d'une part apporterait, avec la DGT, ses compétences juridiques, d'autre part pourrait rassembler les connaissances sur les discriminations dont les seniors sont victimes et les données sur la mise en œuvre des différents dispositifs publics visant à les prévenir. L'identification de la tranche d'âge des 55 ans et plus est une information qui pourrait systématiquement figurer dans les différentes données produites. 

Bon à savoir

Pour la mission, il est aussi important de produire des données objectivées que de les diffuser. Le rapport préconise donc que l'ensemble des démarches de lutte contre les discriminations dont les seniors sont victimes, ainsi que les résultats obtenus, soient rassemblés dans un rapport public annuel du Défenseur des droits  

Prévenir le chômage de longue durée des demandeurs d’emploi seniors 

L'ensemble des constats de la mission plaident pour une prise en charge précoce des demandeurs d'emploi seniors par Pôle emploi pour prévenir une exclusion définitive du marché du travail dans un contexte où les taux de retour à l'emploi des seniors sont de plus en plus faible, produisant un accroissement de la part du chômage de longue durée. 

Deux préconisations de la mission, qui concernent directement Pôle emploi, répondent à cet objectif : 

  • un entretien d'inscription et de diagnostic plus approfondi pour les seniors ; 

Recommandations

Ici bientôt vos articles

Bilan de compétences

Les 5 façons de financer un bilan de compétences

Il existe plusieurs manières de financer un bilan de compétence, cependant, il est nécessaire d'opter pour la solution la plus adaptée à vos besoins !

Via le CPF

Depuis le 1er janvier 2017, le bilan de compétences peut être financé dans le cadre du CPF*(*Compte personnel de formation). Procédure simplifiée, confidentialité vis-à-vis de l’employeur, délai rapide d’acceptation du dossier, le CPF est le moyen idéal pour financer un bilan de compétences. Le CPF est aussi mobilisable par les agents de la fonction publique et les chef(fe)s d’entreprise. Depuis le 19 novembre 2019, la demande de financement se fait directement via l’application https://www.moncompteformation.gouv.fr/ À noter : les agents de la fonction publique d’État et territoriale doivent adresser leur demande à leur administration et les agents de la fonction publique hospitalière doivent adresser leur demande à l’ANFH.

Via le CPF

Depuis le 1er janvier 2017, le bilan de compétences peut être financé dans le cadre du CPF*(*Compte personnel de formation). Procédure simplifiée, confidentialité vis-à-vis de l’employeur, délai rapide d’acceptation du dossier, le CPF est le moyen idéal pour financer un bilan de compétences. Le CPF est aussi mobilisable par les agents de la fonction publique et les chef(fe)s d’entreprise. Depuis le 19 novembre 2019, la demande de financement se fait directement via l’application https://www.moncompteformation.gouv.fr/ À noter : les agents de la fonction publique d’État et territoriale doivent adresser leur demande à leur administration et les agents de la fonction publique hospitalière doivent adresser leur demande à l’ANFH.

Via le plan de développement des compétences

Le bilan de compétences peut être financé via le « Plan de Développement des Compétences » de votre employeur (entreprise, association, collectivités). Vous bénéficiez alors du financement intégral de la prestation.

Via Pôle Emploi

Le bilan de compétences peut être financé via l'Aide Individuelle à la Formation (AIF) par le biais de Pôle emploi. En tant que demandeur(se) d'emploi, vous avez aussi le droit de réaliser un bilan de compétences pour redéfinir votre projet professionnel et rebondir plus rapidement.

Via le financement personnel

C'est la solution la plus simple et la plus rapide pour financer son bilan de compétences, sans inconvénients et longueurs administratives.

Autres solutions de financement

Le bilan de compétences peut également être financé via d’autres dispositifs, notamment via l’AGEFIPH pour les personnes en situation de handicap ou via le service social de la CARSAT (Caisse de retraite et de prévoyance). Certains dispositifs spécifiques régionaux ou départementaux permettent également de financer cette prestation.