formation

Seniors : ce qu’il faut savoir avant d’opter pour une formation numérique

Parce que la majorité des entreprises a aujourd'hui enclenché le virage du numérique, il est devenu essentiel pour les équipes en place ou les demandeurs d'emploi de maîtriser certains nouveaux outils. Encore faut-il opter pour une formation numérique de qualité…

Et si se former au numérique pouvait constituer une opportunité pour les collaborateurs et notamment pour les séniors en voie de reconversion ? Pour pallier la pénurie dans certains métiers, de plus en plus d'écoles proposent des formations dans les métiers du numérique qui peinent à recruter à l'instar de la programmation, ou du développement de sites Internet. Des formations qui, selon les cas, s'adressent soit à des personnes éloignées de l'emploi, soit à des seniors dont l'évolution du métier requiert une formation numérique en vue d'optimiser leurs process de production. Une enquête menée par Pôle Emploi en 2019 mettait déjà en exergue le fait que 58% des projets d'embauche dans certains métiers informatiques se révélaient "difficiles" à concrétiser.

Pour répondre à cette demande croissante, de plus en plus d'écoles de code ont donc vu le jour en France. Mais comment sélectionner un établissement de qualité pour se former au numérique lorsque l'on est un sénior en voie de reconversion ?

Choisir une école labellisée

D'abord, il convient de choisir un institut labellisé par La Grande Ecole du Numérique et de vous assurer qu'aucune limite d'âge n'a été fixée. En fonction de la formation choisie, vous pourrez ainsi devenir développeur, technicien de support, ou bien créateur de sites internet. L'avantage du numérique tient au fait que cela vous ouvre les portes de différentes typologies de sociétés, des entreprises de services du numérique (ESN) aux agences web de plus petite envergure. Vous pouvez du reste également vous créer un statut d'auto-entrepreneur pour travailler en tant qu'indépendant.

Pour vous former à un métier du numérique, vous pouvez aussi opter pour une formation en ligne. Des plateformes de cours disponibles en ligne sous forme de Moocs ("Massive Open Online Course") existent aujourd'hui et peuvent notamment vous permettre d'apprendre à coder depuis chez vous.

Utilisez les aides auxquelles vous avez droit pour financer votre formation

Si vous êtes demandeur d'emploi, certaines formations peuvent être financées grâce à différents dispositifs (CPF, POEI, AIF…). D'autres formations certifiantes sont également disponibles en ligne et proposées gratuitement. C'est le cas sur Emploi Store de Pôle Emploi par exemple. Pour lisser le financement de votre formation au numérique, n'hésitez pas également à utiliser votre Compte Professionnel de Formation (CPF). De fait, que vous soyez demandeur d'emploi ou salarié, vous bénéficiez d'un nombre d'heures de formation comptabilisées en fonction de vos années d'expérience. Pour déterminer le nombre d'heures auxquelles vous avez droit, il convient de vous rendre sur le CPA. Autrement dit sur votre Compte Personnel d'Activité.

A noter que si vous êtes âgé de 50 à 54 ans, vous disposez, sous conditions, de 500 heures de formation supplémentaires. N'hésitez pas, là encore, à vous renseigner auprès de votre entreprise si vous êtes salarié, ou bien auprès de votre agence Pôle Emploi.

Julie.C

Recommandations

Ici bientôt vos articles

formation

Comment utiliser mon compte personnel de formation ?

Avec le Compte personnel de formation (CPF), vous êtes crédité de 500 euros de solde pour suivre une formation qualifiante et certifiante chaque année et pouvez cumuler jusqu'à 5 000 euros sur votre compte. Mais comment dépenser ce montant ?

Le Dif c'est fini. A partir du 30 juin 2021, vous vous devez en tant que salarié du privé ou du secteur public d'avoir transféré vos heures de Droit individuel à la formation (Dif) sur votre CPF. Ce dispositif qui a vu le jour en 2015 et qui est venu remplacer le Dif. De fait, si vous pouviez, avec le Dif, cumuler jusqu’à 20 heures de droit à la formation par an, dans la limite de 120 heures, ces heures acquises au titre du Dif avant le passage au CPF ont été converties en euros, à raison de 15 euros par heure.

Avec le CPF, vos heures de formation acquises avec le Dif sont donc monétisées pour constituer un solde à utiliser dans le cadre d'une formation. Encore faut-il savoir comment les utiliser.

Comment acheter votre formation ?

Pour utiliser le montant disponible sur votre Compte personnel de formation, il convient avant toutes choses de vous rendre sur le site Moncompteformation.gouv sur lequel vous avez préalablement procédé au transfert de vos heures de Dif vers votre CPF.

Pour utiliser votre solde disponible et financer ainsi tout ou partie de votre future formation, il importe de vous rendre dans la rubrique "Recherche de formation", puis de sélectionner la formation qui vous intéresse. Il suffit ensuite de vous y inscrire. 

Le solde dont vous disposez sera alors utilisé et si la formation sélectionnée coûte plus chère que le montant de votre solde, vous pourrez vous acquitter du reste à charge directement sur le site. A noter que vous pouvez également demander à votre employeur de financer ce reste à charge. Un financement qu'il peut accepter ou refuser.

Bon à savoir

L'avantage d'un tel dispositif tient au fait que le CPF peut être utilisé afin de vous permettre d'acquérir de nouvelles qualifications, de valider vos compétences (validation d'acquis d'expérience – VAE), d'établir un bilan de  votre expertise, de financer votre permis B, ou bien encore de créer ou de reprendre une entreprise.

Votre employeur doit-il valider votre formation ?

Dans le détail, si votre formation est entièrement effectuée en dehors de vos horaires de travail, votre employeur ne peut vous refuser de l'effectuer. 

Cependant, si vous souhaitez effectuer votre formation durant vos horaires de travail, vous vous devez alors de demander une autorisation d'absence à votre employeur. Selon le ministère du Travail, plus d'un million de formations ont ainsi été suivies en 2020 grâce au Compte personnel de formation.

Enfin, l'autre avantage du CPF tient au fait que vous pouvez disposer de votre solde tout au long de votre vie active. Y compris durant des périodes de chômage… Un dispositif qui, pour rappel, vous permet d'opter pour des formations qualifiantes et certifiantes. Idéal lorsque l'on dispose de plusieurs décennies d'expérience et d'expertise au sein d'une ou plusieurs entreprises, ou que l'on souhaite se perfectionner en fin de carrière.

Pour en savoir plus sur les conditions d'adhésion à notre centre de formation découvrez notre site zest e-learning

Recommandations

Ici bientôt vos articles

formation

Recrutement de salariés handicapés : quels moyens pour soutenir l'emploi ?

Pour inciter les entreprises et les associations à favoriser l'inclusion de personnes en situation de handicap, l'exécutif a notamment mis en place une aide à l'embauche pouvant atteindre 4 000 euros par salarié recruté dans le cadre du plan "France Relance". Explications.

C'est un coup de pouce supplémentaire destinée aux entreprises de la part du gouvernement pour servir la reprise économique. Dans le cadre du plan "France Relance" qui a pour but de permettre à la France de renouer avec sa stabilité économique d'avant crise, il est un volet solidaire répondant au nom d'aide à la mobilisation des employeurs pour l’embauche des travailleurs handicapés (Ameeth), qui vise à inciter les entreprises et les associations à recruter davantage de salariés en situation de handicap. Un volet que la ministre du Travail Elisabeth Borne a décidé, compte tenu de son succès, de prolonger jusqu'au 31 décembre 2021. Mais de quoi parle-t-on ?

De "France Relance" à l'inclusion de salariés handicapés

D'un plan de dizaines de milliards d'euros (100 milliards à l'échelle européenne) répondant au nom de "France Relance" présenté le 3 septembre 2020 qui a pour objectif de renforcer l'attractivité de la France, de créer de nouvelles opportunités pour les plus jeunes, mais également d'avoir une vision plus solidaire de l'emploi de demain. Un troisième volet dans le cadre duquel le gouvernement français a donc souhaité déployer l'Ameeth, un dispositif d'aide financière destiné aux entreprises et aux associations qui vise à accroître l'inclusion de personnes en situation de handicap.

Bon à savoir

Depuis le début de l'année, plus de 11 000 salariés handicapés ont été embauchés en France dans le cadre de l'Ameeth. D'où la volonté de l'exécutif de continuer sur cette lancée.

Inclusion professionnelle : à qui l'Ameeth s'adresse-t-elle ?

De fait, l'Ameeth s'adresse à toutes les entreprises et associations, quelle que soit leur taille ou leur domaine d'activité, à l'exception de certains établissements publics. Elle prend la forme d'une aide pouvant atteindre 4 000 euros par entreprise et par personne recrutée, versée chaque trimestre à l'entreprise et ce, pendant un an maximum. 

Destinée aux entreprises et aux associations qui ont embauché une personne en situation de handicap en CDD d'au moins 3 mois, en CDI intérimaire, ou bien en CDI à partir du 1er septembre 2020 et désormais jusqu'au 31 décembre 2021 (contre 30 juin 2021 auparavant), cette aide est toutefois accordée à quelques conditions.

Bon à savoir

  • Le collaborateur recruté doit percevoir une rémunération inférieure ou égale à deux fois le montant du SMIC,
  • L'employeur, de son côté, ne doit pas avoir effectué de licenciement économique sur ce poste depuis début 2020,
  • Le collaborateur recruté doit être reconnu en tant que travailleur handicapé.

Entreprises : comment bénéficier de l'Ameeth ?

Pour pouvoir bénéficier de cette aide, les entreprises et associations doivent effectuer un certain nombre de démarches et se tourner en premier lieu du côté de l'Agence de services et de paiement (ASP) ou de passer via la plateforme de téléservice SYLAé. Il convient ensuite de fournir plusieurs documents (contrat de travail, copie de la pièce d’identité, attestation justifiant de la reconnaissance de la qualité de travailleur handicapé) et d'effectuer cette demande dans un délai de six mois à compter de l’embauche du salarié.

Bon à savoir

A noter enfin que cette aide n'est pas cumulable avec les autres aides de l'Etat liées à l'insertion ou au retour à l'emploi. Elle vise les embauches nouvelles et non les renouvellements de contrats ayant commencé avant le 1er septembre 2020.

Recommandations

Ici bientôt vos articles

Mutuelle

Formation : comment transférer vos heures de Dif sur votre CPF ?

Le CPF est venu se substituer au Dif depuis le 1er janvier 2015. Il concerne tous les salariés issus du secteur privé comme du public (depuis 2017) et il permet de bénéficier d'un solde que vous pouvez dépenser dans la formation de votre choix tout au long de votre vie active.

Avec le Dif, vous disposiez d'heures de droit à la formation (jusqu'à 20 heures de droit acquis chaque année dans la limite de 120 heures). Depuis 2015, le CPF vous permet de convertir ces heures en solde à dépenser. Lequel solde peut atteindre 1 800 euros (15 euros l'heure convertie) si vous disposiez d'un solde complet de 120 heures de Dif.

Une fois la bascule du Dif vers le CPF effectuée, vous continuez à être crédité d'un montant de 500 euros par an sur votre Compte personnel de formation. Un solde qui ne peut dépasser 5 000 euros. Mais avant de sélectionner la formation de votre choix, encore faut-il avoir réalisé le transfert en question.

Formation : de combien d'heures de Dif bénéficiez-vous ?

Pour savoir où trouver le nombre d'heures de Dif dont vous disposez, plusieurs options s'offrent à vous. Vous pouvez :

  • Regarder sur vos derniers bulletins de paie de 2014 (juste avant la bascule du Dif vers le CPF au 1er janvier 2015)
  • Vérifier votre attestation d'heures de Dif transmise en 2014 par votre employeur,
  • Rechercher votre certificat de travail (celui transmis par votre dernier employeur avant décembre 2014).

Bon à savoir

Dans tous les cas, il convient de disposer d'au moins l'un de ces trois documents et de le scanner afin de pouvoir le joindre de façon dématérialisée dans votre espace personnel sur le site Moncompteformation.gouv. A défaut, n'hésitez pas à vous tourner du côté du service de gestion des droits et des formations de la Caisse des dépôts afin de pouvoir retrouver votre solde de Dif. Laquelle instance rappelle qu'il existe de plus en plus de fraudes et que le seul site sur lequel vous pouvez rentrer vos données personnelles afin de financer une formation est le site officiel : moncompteformation.gouv.fr.

Passer du Dif au CPF : comment procéder ?

La première chose à faire afin de transférer vos heures de Dif sur votre Compte personnel de formation tient donc au fait de vous créer un espace personnel sur le site Moncompteformation.gouv.fr. Une démarche que vous pouvez réaliser en ligne ou via l'application dédiée.

Pour vous connecter, il vous faudra utiliser soit vos identifiants de sécurité sociale, soit ceux de France Connect si vous disposez d'un compte.

Une fois sur le site, rendez-vous dans la rubrique "Mes droits formation".

Il convient alors de saisir le nombre d'heures de Dif que vous avez accumulé. C'est là, qu'il vous revient de joindre l'un des trois justificatifs dématérialisés demandés, puis d'enregistrer.

Vous disposerez ainsi d'un solde transformé en euros que vous pourrez utiliser pour financer une future formation

A noter enfin que si vous n'effectuez pas ladite bascule avant le 30 juin 2021, vous perdrez la totalité des heures de formations acquises via le Dif.

Pour en savoir plus sur les conditions d'adhésion à notre centre de formation découvrez notre site zest e-learning

Recommandations

Ici bientôt vos articles

formation

Seniors, comment financer sa formation ?

Se former est un droit et il est possible de suivre une formation tout au long de sa vie professionnelle quel que soit son âge ou son niveau d’expérience. Les seniors qui envisagent de donner un nouvel élan à leur carrière peuvent recourir à plusieurs solutions pour financer leur  projet de reconversion. Le point sur ces dispositifs.

Les personnes âgées de plus de 50 ans qui souhaitent suivre une formation pour évoluer dans leur métier, changer de statut ou de secteur d’activité sont concernés par les dispositifs de financement. En effet, les formations professionnelles sont rarement gratuites et à moins de s’auto financer, il va être nécessaire de recourir à une aide extérieure pour pouvoir accéder au programme de son choix.

Activer son CPF

Tous les actifs disposent d’un Compte personnel de formation qui permet d’accumuler des points, convertissables en euros et qui peuvent être utilisés pour financer une formation. Ce dispositif de financement public, modifié en 2018, s’inscrit dans le cadre de la formation continue. Il peut être activé à tout moment que la personne soit salariée, travailleur indépendant ou demandeur d’emploi. Si le montant acquis n’est pas suffisant, une participation peut être accordée par l’employeur ou par un organisme complémentaire.

Il existe d’ailleurs des dispositions particulières pour les personnes âgées de 50 à 54 ans inscrites à Pôle emploi afin qu’elles puissent utiliser leur CPF avant la retraite et ainsi éviter de perdre leurs droits.

Financer sa formation dans le cadre professionnel

Les salariés du privé ou du public peuvent se former pendant ou en dehors de leur temps de travail  par le biais du Congé individuel de formation pendant une année  à temps plein, ou 1 200 heures à temps partiel, dans le but d’atteindre une certification professionnelle.

Ce dispositif est un droit qui s’applique sous certaines conditions. L’employeur ne peut donc pas le refuser mais a la possibilité de le reporter dans le temps. 

D’autres solutions existent au cœur de l’entreprise pour financer une formation. Il est possible de recourir au Plan de développement des compétences (PFE) pour financer les frais de formation des salariés et de les rémunérer ou à la Formation hors temps de travail (FHTT) qui donne aux salariés en CDI dans le privé la possibilité de suivre la formation de leur choix.

Des solutions existent pour les demandeurs d’emploi

Les demandeurs d’emploi et certains créateurs d’entreprises peuvent se faire accompagner par le Pôle emploi dans leur projet de formation.  Pour obtenir un financement, le projet va  devoir être évalué et validé par un conseiller avant d’être présenté devant une commission.

Mairies, conseils régionaux ou encore l’Aide individuelle à la formation (AIF) vont alors être sollicités pour financer la totalité ou une partie du coût du programme pédagogique. 

Sandrine Youknovski

Recommandations

Ici bientôt vos articles

formation

Seniors : évaluer ses compétences et les valoriser

A partir de 50 ans, faire un bilan sur sa vie professionnelle et valoriser des compétences acquises au fil du temps est légitime. Que l’on soit salarié ou en recherche d’emploi s’interroger sur les moyens de faire évoluer sa carrière ou sur la façon d’entreprendre une reconversion concerne tous les actifs, dans un contexte où l’âge de la retraite ne cesse de reculer.

Plus l’âge augmente et plus les compétences professionnelles se développent et se spécifient. Cette expérience, précieuse pour les entreprises, se traduit par de plus grandes facultés d’adaptation, une expertise affinée, de la maturité et de l’écoute. Pour autant, évaluer et faire reconnaître son expérience ne va pas forcément de soi face à une concurrence en constante augmentation et à des progrès techniques qui peuvent remette en question la valeur même de l’ancienneté. Des dispositifs existent toutefois pour aider les seniors à mieux rebondir.

Des dispositifs pour évaluer ses compétences

Analyser son parcours professionnel, lister ses atouts et ses freins sont indispensables lorsque l’on souhaite évoluer ou se lancer dans un nouveau projet. Pour y réfléchir, il est possible de faire un point avec le DRH de son entreprise ou de faire valoir son droit au Conseil en évolution professionnelle (CEP) gratuit et accessible à tous. Ce dispositif permet au demandeur d’être aidé par des spécialistes pour faire le point sur sa carrière ou pour construire un nouveau projet.

Pour aller plus loin, le bilan de compétences organisé sur plusieurs séances, permet de mener une réflexion en profondeur sur ses acquis et sur ses motivations.

Faire valider son expérience

Valider son expérience est un droit ouvert aux personnes qui désirent faire reconnaître leurs acquis professionnels par un diplôme ou un certificat de qualification. Cette démarche est ouverte à tous sans critère d’âge, de statut ou de niveau de formation, dés que la personne peut justifier d’un minimum d’une année d’expérience professionnelle directement liée avec la qualification visée.

Les VAE (Validation des acquis de l’expérience) permettent d’obtenir les mêmes diplômes que ceux délivrés par lors d’un cursus traditionnel. Elles permettent de  développer l’employabilité des seniors et de booster leur carrière.

Sandrine Youknovski

Recommandations

Ici bientôt vos articles

formation

Plus de 50 ans : les métiers qui recrutent

A 50 ans, on est encore loin de la retraite et l’expérience acquise est un atout pour donner un nouvel élan à sa carrière. En effet, de nombreuses entreprises sont à la recherche de personnes compétentes qui disposent d’un savoir-faire solide pour assurer les postes à responsabilité. Aussi, si vous envisagez de changer de métier, visez un secteur qui recrute !

Il n’est pas toujours possible pour une entreprise de former son personnel, notamment lorsque le poste à pourvoir est important et la demande urgente. Recruter un senior est alors une solution efficace qui permet d’obtenir immédiatement un travail de qualité.

Les PME et les start-ups font souvent ce choix pour augmenter leur capacité à être opérationnelles au niveau juridique, comptable, administratif ou pour couvrir les postes de ressources humaines. Dans le BTP, les possibilités de formation sont également réduites alors qu’il faut livrer des chantiers dans des délais serrés. Les conducteurs de travaux, chefs de chantier ou ingénieurs sont donc les bienvenus sur le terrain.

Se tenir à la pointe du progrès

Si vous êtes âgés de plus de 50 ans et que vous recherchez un nouvel emploi, le numérique peut vous apporter des opportunités.

L’offre y est constante pour les personnes qui sont à même de se former régulièrement afin de remettre à niveau leurs connaissances dans les nouvelles technologies. Ces derniers mois, le travail à distance, rendu obligatoire pour certaines activités, renforce particulièrement les besoins en informaticiens compétents. 

Une expérience rassurante

Les métiers de la formation et du conseil sont également en recherche de personnel plus âgé en mesure d’encadrer des groupes, de partager leur expérience et de rassurer les interlocuteurs.

C’est aussi le cas dans les métiers de la grande distribution et du commerce où les profils seniors inspirent souvent plus de confiance aux clients que les employés plus jeunes. Le secteur de l’optique a ainsi recruté parmi les quinquagénaires pour conseiller sa clientèle du même âge.

Se mettre au service des anciens

Dans un secteur très différent, les métiers d’aide à la personne sont largement ouverts aux seniors. Le vieillissement de la population accroît les besoins en aide à domicile auprès des personnes âgées : une opportunité pour les plus de 50 ans pour trouver facilement un emploi.

Une campagne de recrutement est d’ailleurs menée par le gouvernement depuis 2018 pour relancer et valoriser les métiers d’aide à domicile auprès des plus âgées. 

Prêt pour le grand saut !

Enfin, si vous envisagez de changer complètement de mode de vie, voire de région, sachez que les entreprises qui désirent ouvrir de nouvelles enseignes recrutent volontiers parmi les seniors  plus à même d’investir dans une franchise et de mettre à profit leur expérience dans un nouveau projet.

Sandrine Youknovski

Recommandations

Ici bientôt vos articles

carrière

Formations seniors : les meilleures pistes de reconversion

Changer de métier est possible à tout âge ! Que le projet soit motivé par un licenciement ou par le désir de travailler dans un secteur plus en accord avec ses désirs, se reconvertir à 50 ans reste une occasion de s’ouvrir à une nouvelle vie. Mais pour relever ce challenge, il convient de bien choisir sa formation et de trouver un programme adapté au projet, dispensé par un organisme de formation reconnu, qui présente des garanties en termes de contenu et de qualité et qui reste accessible financièrement.

Bilan de compétences, un outil pour rebondir

Même avec un projet défini en tête, il est toujours utile de faire le point sur sa carrière, d’évaluer ses objectifs, de valoriser ses compétences et son expérience et de mesurer ses freins. Le bilan de compétences permet de réfléchir en profondeur à son projet de reconversion. Réparti sur plusieurs semaines, il peut être organisé par Pôle emploi et faire l’objet d’une prise en charge via l’Aide Individuelle à la Formation ou être réalisé par un organisme spécialisé, extérieur à l’entreprise. Généralement, le bilan de compétences est assuré par le Fongécif ou l’OPCA.

Destiné aux salariés âgés de 45 à 55 ans, le bilan de compétences senior offre la possibilité de redynamiser une carrière, d’élargir des perspectives ou encore de mettre en place des outils pour faire concilier vie personnelle et développement professionnel. Ce dispositif, inclus dans le plan de formation de l'entreprise, est particulièrement utile aux personnes qui envisagent des changements radicaux au niveau de leur activité, de leur statut ou même de leur région.

Pour ceux qui hésitent à se lancer, il existe aussi des bilans de compétence gratuits proposés par de nombreux sites web mais dont la fiabilité reste limitée.

Des formations sur mesure

Chaque salarié peut mobiliser son CFP afin d’user de ses droits pour bénéficier d’une formation au sein ou à l’extérieur de son entreprise. Les possibilités sont nombreuses dans tous les secteurs d’activités et particulièrement pour ceux qui recrutent le plus : services, grande distribution, industrie de pointe, etc. Les organismes de formation ont obligation d’être certifiés. Ces labels accréditent la qualité du contenu dispensé et de l’équipe pédagogique. Il est également important de s’informer sur les objectifs du programme, sur ses débouchés, s’il s’agit d’une formation qui délivre un diplôme ou une certification.

Dans chaque région, le pôle emploi ainsi que le site Intercarif informent et orientent les personnes en recherche de reconversion sur des formations disponibles. Certaines d’entre elles peuvent aussi être rémunérées : les projets se traitent individuellement en fonction de la situation professionnelle de chaque demandeur.

Depuis la crise sanitaire, les offres de formation à distance se sont multipliées. Ces modules attractifs exigent toutefois de pouvoir étudier depuis son domicile, une capacité qui n’est pas toujours à la portée de tous.

Sandrine Youknovski

Recommandations

Ici bientôt vos articles

Reconversion professionnelle à 40 ans : comment s’y prendre ?

Reconversion professionnelle à 40 ans : comment s’y prendre ?

Vous avez perdu votre travail et vous cherchez une nouvelle voie ? Voici nos conseils pour réussir votre reconversion professionnelle à 40 ans.

Définir votre nouveau projet professionnel

Vous avez quinze ans d’expérience professionnelle dans le commerce et souhaitez vous reconvertir dans le métier de décoratrice d’intérieur ? Après un licenciement ou une inaptitude, vous envisagez de monter votre propre entreprise ? Tout est possible, tant que la motivation est là. Il est primordial de trouver la bonne idée qui vous correspond.

Faire une reconversion professionnelle à 40 ans nécessite tout un travail sur soi, avec curiosité, créativité et sens critique. Un coach professionnel peut vous accompagner dans l’élaboration de votre bilan professionnel et la définition de votre nouveau projet.

Les nombreux témoignages sur internet de reconversions professionnelles peuvent vous permettre de mieux imaginer votre futur et les étapes nécessaires à votre projet.

Le regard extérieur de vos amis ou anciens collègues peut vous aider à définir vos qualités clés et vos points d’amélioration.

Bon à savoir

Vous avez l’idée ? Il est maintenant temps de peser les motivations et les contraintes, et d’évaluer le marché. Les sites web professionnels vous donneront toutes les informations sur votre nouveau secteur. N’hésitez pas non plus à discuter avec des personnes qui ont effectué la reconversion professionnelle que vous visez. Le réseau professionnel LinkedIn permet facilement de se mettre en contact avec des personnes dont le profil est similaire au votre.

Le réseau professionnel LinkedIn permet facilement de se mettre en contact avec des personnes dont le profil est similaire au votre.

Reprendre ses études

Une reconversion professionnelle à 40 ans peut nécessiter une reprise d’études. Vous devrez contacter les écoles et formations correspondant à votre nouveau projet professionnel. A noter : les anciens élèves peuvent vous donner des informations précieuses. Essayez de trouver une formation en un ou deux ans : ce temps ni trop long, ni trop court, sera votre chance d’acquérir un bagage intellectuel suffisant pour votre nouveau projet professionnel. Les formations à distance peuvent également être pratiques dans le cadre de votre vie de famille.

Se retrouver à 40 avec des jeunes étudiants peut être déroutant. Vous devrez vous préparer psychologiquement aux regards parfois étonnés de ces jeunes étudiants. Profitez de ce temps de pause qui vous est offert pour assouvir votre passion ! Ces études prouvent votre motivation.

Les premiers mois d'activité

En quinze ans, vous avez construit un réseau professionnel conséquent. La première étape est de communiquer la bonne nouvelle auprès de votre ancien réseau. Les premiers mois d’activité, vous allez découvrir ce nouvel environnement qui vous faisait tant rêver. Il vous faut prendre vos marques, vous intégrer et vous adapter à votre nouvelle entreprise. Au bout de 6 mois, il est temps de faire un premier bilan : êtes-vous plus heureuse et confiante au travail qu’auparavant ? Arrivez-vous à maintenir un bon équilibre entre votre vie professionnelle et votre vie de famille ?

Recommandations

Ici bientôt vos articles

Retraite

Comment améliorer mes revenus une fois retraité ?

Quels solutions pour améliorer son revenu lorsqu'on est retraité ? Voyons ensemble les différentes manières pour compléter ses fins de mois !

Cumuler une activité et une retraite

Cumul intégral

Vous pouvez cumuler intégralement votre retraite et un revenu d’activité, si vous avez obtenu toutes les retraites auxquelles vous pouvez prétendre : 

• dès 62 ans, si vous totalisez la durée d’assurance nécessaire pour une retraite au taux maximum ; 

• sinon, à partir de l’âge du taux maximum automatique (67 ans si vous êtes né en 1955 ou après).

Cumul plafonné

Si vous ne pouvez pas cumuler intégralement votre revenu et vos retraites, le cumul ne doit pas dépasser un certain plafond. Sinon, votre retraite sera réduite du montant de ce dépassement. 

Si vous êtes salarié, vous devez attendre 6 mois avant de reprendre une activité chez votre dernier employeur, ou votre retraite sera suspendue. Pensez-y au moment de prendre votre retraite !

Bon à savoir

Votre nouvelle activité ne vous crée pas de nouveaux droits à la retraite, mais elle vous permet d’améliorer vos revenus.

Demander une aide

L'allocation de solidarité aux personnes âgées (ASPA)

À compter de 65 ans – ou dès 62 ans si vous avez été reconnu inapte au travail – vous pouvez peut-être bénéficier de l’Aspa. Si le montant de votre future retraite est faible, cette allocation vous permet de compléter vos ressources pour atteindre un montant minimum de retraite. Des conditions de ressources, de résidence et d’âge sont à remplir

Bon à savoir

Pour connaître les prestations sociales dont vous pouvez bénéficier en fonction de votre situation, rendez-vous sur www.mes-aides.gouv.fr et utilisez le simulateur en ligne. Il vous indique également les démarches à effectuer pour en bénéficier.

Pour bien vieillir chez soi

Une fois retraité, lorsque votre autonomie est fragilisée, vous pouvez bénéficier de conseils de prévention, de services d’aide à domicile ou encore d’aides pour adapter votre logement. Plus d’informations sur www.pourbienvieillir.fr.

Pour protéger sa santé

Vous n’avez pas les moyens de souscrire une complémentaire santé ou vous rencontrez des difficultés pour payer votre cotisation ? L’Assurance Maladie peut vous aider. Selon votre situation et votre niveau de ressources, vous pouvez dans certains cas obtenir la complémentaire santé solidaire

Recommandations

Ici bientôt vos articles